Nissyoku, la lampe selon Péter Toronyi

La lumière est associé à la vie dans la culture japonaise, et c’est autour de cette idée que Péter Toronyi a créé une lampe qui s’inspire du processus de l’éclipse solaire, une éclipse dans laquelle on observe toujours avec étonnement ce contraste entre l’ombre et la lumière.

Certains objets existent par la lumière, c’est assez le cas pour la lampe Nissyoku qui se met en lumière et qui éclaire ce qui l’entoure, jusque là rien de nouveau par rapport aux autres lampes.

La lampe est un objet comme un autre, on l’utilise, on le consomme et on le jette une fois inutilisable.

Pourtant cette lampe se démarque justement de toutes les autres, on l’allumera uniquement pour créer une atmosphère particulière, l’atmosphère qui correspondra le mieux à notre humeur.

Et c’est bien là que Nissyoku se différencie des autres lampes, en créant un lien émotionnel avec l’utilisateur.

C’est assez étonnant de se dire que ce lien émotionnel est l’exception, car si tout ce que nous achetions était si attachant on consommerait enfin moins, un bienfait pour la société!

Les deux panneaux sur les cotés de cette sphère peuvent se déplacer dans de multiples directions, de quoi varier l’effet lumineux et l’adapter au mieux à la situation, plus ils seront ouverts plus la luminosité sera intense.

Un moyen très intuitif de modifier l’éclairage.

Pour l’allumer ou l’éteindre, il suffit de toucher l’anneau métallique du milieu.

Un éclairage à LED de 5W allimenté par la batterie (supercondensateurs hybrides) qui tolère une charge rapide et des décharges fréquentes.

Le corps de cette lampe qui peut se dédoubler comme vous le verrez sur les photos est réalisé à partir du recyclage/polymère ou encore en aluminium ou porcelaine.

En suspension, posée sur un bureau, ou au mur, Nissyoku s’utilise partout.

Une lampe étonnante que je voulais vous présenter depuis pas mal de temps, la voici enfin sur hebdoblog:






Plus de photos sur http://www.behance.net/gallery/Nissyoku/1862343

Laisser un commentaire